Courte présentation d’Ubuntu

By Nabil CH - No Comments
Cette distribution a été fondée par un milliardaire sud-africain : Mark Shuttleworth 19 . Développeur Debian au milieu des années 1990, il a été fortement médiatisé pour avoir été le deuxième milliardaire  à voyager dans l’espace. Il créa Ubuntu en 2004 dont l’objectif avoué est de populariser Linux via sa société Canonical Ltd. Ensuite, il fonda la Ubuntu Foundation dès 2005 en lui apportant une contribution initiale de 10 millions de dollars afin de rémunérer les développeurs d’Ubuntu. Aujourd’hui, Mark Shuttleworth a donné plus de la moitié de sa fortune à des œuvres de charité.

« Ubuntu » est un ancien mot africain qui signifie « humanité aux autres ». Ubuntu signifie également « Je suis ce que je suis grâce à ce que nous sommes tous ». La distribution Ubuntu Linux apporte l’esprit Ubuntu au monde logiciel. Ubuntu est parti de ce constat qui constitue le fameux bug numéro 1  du Launchpad  d’Ubuntu : https://launchpad.net/distros/ubuntu/+bug/1.
Ce bug est connu, confirmé, placé au niveau d’importance critique et assigné à Mark Shuttleworth :-).
Les versions d’Ubuntu

Nom et numéro de version

La numérotation des versions de Ubuntu est basée sur l’année et le mois
de sa sortie [A.MM]. La première version de Ubuntu, sortie en octobre 2004,
portait le numéro de version 4.10. La version suivante, sortie en avril 2005,
portait le numéro 5.04 et ainsi de suite. La première version dite LTS  , 6.06,
était sortie en juin 2006 et la version actuelle, 10.10, date donc d’octobre 2010.
On lui associe souvent un nom de code, formé d’un nom d’animal précédé d’un
adjectif, tous deux commençant par la même lettre. La première version était
la Warty Warthog  . La dernière version LTS, Lucid Lynx  est sortie en avril
2010, la version actuelle a comme nom de code Maverick Merkat  . Chaque
version de Ubuntu possède une combinaison unique de ses composantes – le
noyau∗ , le serveur graphique X11, l’environnement de bureau GNOME, GCC,
libc. . . – lesquelles ayant des numéros de version différents qui n’ont pas tous
la même signification. Baser le chiffre de la version sur les composantes du
système aurait eu peu de sens. Ubuntu préfère plutôt donner une idée de la
date à laquelle la version a été stabilisée et mise en production.
Mises à jour
Contrairement à d’autres distributions Linux, lorsqu’une version de Ubuntu
est stabilisée, les versions des logiciels qu’elle inclut sont gelées. Ainsi, si une
nouvelle version stable d’un logiciel ou d’une bibliothèque quelconque est dis-
ponible après la sortie définitive d’une version de Ubuntu, celle-ci sera intégrée
à Ubuntu dans la prochaine mouture de l’OS∗ .
Cette manière de procéder assure une meilleure homogénéité des versions
pour du support technique de la part de Canonical Ltd. et de ses partenaires.
Cette caractéristique est certainement requise pour un déploiement de Ubuntu
en entreprise. De plus, elle assure que le système, dans sa version actuelle, reste
stable et fonctionnel.
Les seules mises à jour publiées pour les versions stables encore supportées
sont des mises à jour de sécurité, corrigeant bogues, failles, et autres problèmes
de fonctionnement de l’actuelle version, éventuellement issues des nouvelles
versions, mais en les adaptant aux versions plus anciennes.
Fréquence des sorties et durée de vie
Des versions stables de Ubuntu sortent deux fois par an, aux mois d’avril
et d’octobre. Le développement de Ubuntu est lié au développement de l’envi-
ronnement de bureau GNOME : la version finale de Ubuntu sort environ un
mois après la publication d’une nouvelle version stable de GNOME. Ubuntu
suit donc un cycle de développement de six mois.
Tous les 2 ans sort une version LTS pour laquelle des mises à jour de sécurité,
des correctifs et du support technique seront publiés pendant 3 ans en ce qui
concerne une utilisation de type poste de travail ou de 5 ans pour une utilisation
de type serveur. La première version à avoir bénéficié de ce support est la version
Ubuntu 6.06 « The Dapper Drake », la dernière est la version 10.04, « Lucid
Lynx ».
Je ne veux pas renoncer à mon Windows !
Vous ne voulez pas vous séparer complètement de Microsoft Windows ? Vraiment ? GNU/Linux n’est pas un sauvage : il tolère très bien la colocation.
C’est-à-dire que vous pouvez très bien avoir, sur le même ordinateur, une ou
plusieurs – partition(s) Linux et une – ou plusieurs – partition(s) Windows.
Sachez tout d’abord qu’une partition n’a rien à voir avec de la musique, bien
que vous soyez le chef d’orchestre de votre ordinateur ! En effet, il s’agit d’une
zone mémoire découpée sur un disque dur, donc une portion de ce dernier.
Le disque dur peut être divisé en plusieurs partitions, et lorsqu’une donnée
est écrite sur une portion du disque dur, cela n’affecte en rien ce qui existe
sur les autres partitions. Vous pouvez donc installer sans aucune crainte une
distribution GNU/Linux et garder votre « précieux » Microsoft Windows.
Lorsque vous allumerez votre ordinateur, un écran vous permettra de choisir
quel système d’exploitation∗ vous souhaitez utiliser. Cet écran de lancement
est généré par un logiciel appelé GRUB qui s’installe dans le secteur d’amorce∗
de votre disque dur principal.
Pour obtenir cela, vous devez :
  • Faire un peu de place sur votre disque dur,
  • Sauvegarder vos données sensibles  ; cette étape n’est pas obligatoire mais vivement conseillée,
  • Défragmenter vos partitions Windows,
  • Repartitionner votre disque dur 30 pour dégager un espace libre où installer Linux. 
Pour cette étape je vous conseille Gparted-Live  si vous voulez l’effectuer avant l’installation de Linux. Sinon, pas de panique,
l’installateur d’Ubuntu inclut cette étape.
Vous pourrez ainsi profiter sereinement de GNU/Linux sans peur de casser
votre Windows.

Tags:

No Comment to " Courte présentation d’Ubuntu "